13/10/2014

Bontempi Sorpresa [Work in Progress]

Codejam :
Le projet Bontempi Sorpresa est un projet personnel réalisé en 3 jours, pendant la codejam chez Soixante circuits.



Concept :
Le Bontempi Sorpresa est un projet simple. Le principe est de transformer un clavier Bontempi B1 en un « controller ». Celui-ci permet d’envoyer des données via une Arduino Yun afin de détruire / transformer des images film qui tourne boucle sur une page web.
Le concept est un univers 100% italien et décaler, voir kitch en utilisant un Bontempi (Marque d’instrument de musique italien), une Arduino (carte électronique italienne) et détruire un film sur l’Italie « The GodFather ».


Processus / scénario d’utilisation :
L’installation est un Bontempi face à un écran d’ordinateur. Celui-ci est connecté à internet sur le site Bontempi-Sorpresa, le piano est relié par wi-fi au site (Arduino Yun). Lorsqu’un touche du clavier est enfoncée ceci envoi une donnée sur le site web et le film est abimé (un effet). De ce fait plus de touches est activées plus le film est modifié.


Technologie / montage :
Pour ce projet nous avons utilisé un Bontempi B1 que nous avons démonté afin du intégrer une batterie portative (power bank), une Arduino Yun (wifi) et enfin faire le câblage des 25 touches. Pour l’envoie de données et le contact de touches nous avons utilisé Arduino avec les entrées analogiques (5*5) et les envoyer sur le site web. Le site a été développé en Node.js où il est récupérer dans le serveur les données des pins de la carte Arduino.




Propos :


Ce projet est un prémisse pour mes recherches de macro-projet, il m'a permis d'abord cette question du rapport entre son et image. Ici nous abordons le rôle de compositeur autrement, la musique propose une nouvelle implication du musicien, de ne plus composer de la musique mais de composer de l'image.


Projet à suivre...

Mémoire / Projet

Mémoire - Projet
Retrouvez sur mon deuxième site les avancées de mon mémoire et des mes projets. Vous y trouverez mes références, des iconographies, des vidéos, des workshops, des conférences. Mais aussi mes travaux et mes expérimentations en cours.

13/04/2014

Minneskortet

Minneskortet, Un mois de mon quotidien, un mois de ma carte mémoire de téléphone.

23/03/2014

WorkShop [Reliure]

Reliure manuelle : dos carré collé, carnet cousu, japonaise.











Arnaud Rebotini [Vinyl edition]

Projet scolaire _ Édition vinyles



[Face]




[Double page intérieure]





14/03/2014

Sérigraphie [Street_Art]

En parallèle de la réalisation et de la production d'un documentaire sur le Street Art ("les Murs ont des yeux"), nous avons travailler autour d'un visuel représentatif du domaine du graffiti.






"les Murs ont des yeux"
La technique de la sérigraphie nous apporté une certaine spontanéité dans la réalisation. Nous avons profité du faite que la technique permette une certaine liberté dans la composition pendant l’impression. En outre il était très intéressant pour nous de pouvoir expérimenter l’impression sur de multiples supports, qui répondaient bien à notre vision du street art. Matériaux pauvre, carton, journaux, affiche, sont autant de supports que la sérigraphie nous a permis d’expérimenter. 
De plus, malgré son caractère reproductible, nous avons aimé constater que cette technique générait des particularité à chaque rendu. Tout comme le graffiti chacun de nos tirages sont uniques. 
Ce projet nous a permis de réaliser que les graffitis de la rue sont immenses face à nos sérigraphies. Ainsi une rupture d’échelle s’opère dans la rue. Pour être vu, pour être impactant, il faut voir les choses en grand. Néanmoins nous aimé cette notion de perte, de «cache-cache» des sérigraphies dans le décor urbain. L’idée de chercher la sérigraphie dans ce décor urbain est assez cohérente avec le street art. C’est une sorte de jeu entre ce qui est caché et ce qui est montré, entre ce qui est autorisé et ce qui ne l’est pas. 

Cette idée de recherche à la façon «Ou est Charlie?» permet également une exploration dans le détail de cet art urbain. Et ainsi montrer la finesse et la beauté de certaines interventions. 

Melissa Vincent, Maïlys Glaize, Claire de la Bernardie, Pierre-Sylvain Raoux